15 février 2018

La ruche pharmacie | Le miel, une mine d’or

par Miels d'Anicet

© Mathieu Dupuis

Depuis le début des temps, l’être humain utilise les produits de la ruche comme thérapie naturelle. Hippocrate, le père de la
médecine moderne (460-377 av. J.-C.), disait que l’usage du miel conduisait à la plus extrême des vieillesses. Il le prescrivait pour
combattre la fièvre ou pour soigner les blessures, les ulcères et les plaies suppurantes. Reconnu pour ses bienfaits pour la santé
et les soins du corps, le miel fait partie depuis très longtemps des pharmacopées du monde entier.

Le miel, un sucre tonique

Le miel est un édulcorant naturel riche en nutriments. Il renferme des sucres simples (glucose et fructose essentiellement), facilement et rapidement assimilables (parfaits pour les sportifs, les enfants, les malades et les convalescents), de même que de nombreux vitamines, minéraux et oligoéléments (magnésium, calcium, phosphore, fer, zinc, etc). Il contient également moins de calories que le sucre avec un pouvoir sucrant plus élevé : 100 g (un peu moins de 1⁄4 tasse) de sucre blanc = 400 calories comparativement à 300 calories pour la même quantité de miel. Intégré au régime quotidien, ce dernier permet de conserver son énergie plusieurs heures.

 

© Daphné Caron

Un indispensable allié des voies respiratoires

Le bienfait le plus connu du miel est certainement qu’il soulage la toux et la gorge irritée. Ses propriétés antitussive, adoucissante et expectorante sont liées à son action antibiotique naturelle et à certaines substances volatiles entrant dans sa composition. Mais son potentiel thérapeutique ne s’arrêterait pas là, puisqu’on dit aussi, par exemple, qu’il pourrait contribuer à réduire les symptômes des allergies saisonnières. Un miel brut non filtré, qui contient des traces de pollen, pris à raison de 1 c. à thé tous les matins pendant les deux mois qui précèdent l’arrivée du pollen pourrait bien contribuer à désensibiliser naturellement les personnes souffrant de réactions allergiques au pollen. Mélangé à du jus de betterave, on dit aussi qu’il soulage efficacement les extinctions de voix.

Un précieux antiseptique et un cicatrisant

Depuis l’Antiquité, on prête des pouvoirs antiseptiques et cicatrisants au miel : son acidité, ses taux élevés en sucre et en enzymes, sa faible concentration en eau empêchent les bactéries de croître et diminuent l’inflammation. Sa viscosité, elle, limite le contact avec l’oxygène (l’air). De plus, le miel contient du glucose oxydase, une enzyme qui produit du peroxyde d’hydrogène naturel, en quantités suffisantes pour détruire les germes et favoriser la cicatrisation sans abîmer la peau. Les cataplasmes préparés avec certains miels seraient d’ailleurs très efficaces pour soigner diverses infections de la peau, par exemple les plaies superficielles, les piqûres d’insectes, les ampoules, les inflammations et les brûlures.

© Mathieu Dupuis

 

Un soutien au système digestif et au système immunitaire

 

Le miel facilite l’assimilation du calcium et la rétention du magnésium. Grâce à ses enzymes, il facilite également l’assimilation des nutriments fournis par les autres aliments. On lui attribue des vertus digestives et laxatives douces en raison de sa teneur en fructose, qui favorise la rétention d’eau dans le corps. Le miel possède également un effet prébiotique, c’est-à-dire qu’il stimule et améliore le développement des bonnes bactéries, assurant le maintien de la microflore intestinale. Le système immunitaire est, lui aussi, stimulé par les antioxydants, les vitamines et les sels minéraux contenus dans le miel, d’où son usage dans la lutte contre le rhume et la grippe. Les miels clairs, dont le miel d’été, sont riches en flavonoïdes et constituent une source intéressante d’antioxydants. Les miels foncés sont riches en sels minéraux et en oligoéléments ; ils auraient aussi des vertus antianémiques, car ils contiennent plus de fer. On croit depuis longtemps que les propriétés antioxydantes du miel de même que sa capacité à stimuler le système immunitaire pourraient expliquer son effet antimicrobien. Une consommation régulière de miel (environ 30 à 40 g [4 à 6 c. à thé] par jour) renforce l’organisme et aide à compenser les carences alimentaires.

Soins de beauté au miel

Le miel est aussi reconnu pour son action bienfaisante sur la peau. Sa concentration en sucre facilite la fixation des molécules d’eau sur la peau, ce qui favorise son hydratation, calme les irritations et accélère la cicatrisation. Le miel est utilisé pour le traitement des peaux sensibles, déshydratées, abîmées, agressées par le froid, les rayons UV et la pollution. On l’incorpore aussi aux soins capillaires pour cheveux secs ou cassants.

Fermer