L’ESSENCE DES MIELS D’ANICET.

Sans jamais se laisser réellement domestiquer, l’abeille fait une petite place aux mains de l’homme et partage avec lui le fruit de son travail, le miel. Le travail de l’apiculteur ne doit jamais s’écarter de ce critère essentiel de respect.

L’ABEILLE, ARDENTE JARDINIÈRE DU RÈGNE ANIMAL

La miellée, ce moment extraordinaire où les fleurs produisent du nectar, marque le début du butinage par les abeilles et du processus de création du miel. Celui-ci résulte d’une grande symbiose entre la terre, le soleil, l’eau, les plantes et un fabuleux pollinisateur : l’abeille. Cette butineuse infatigable travaille de manière concertée en synergie avec l’ensemble de ses consœurs pour fabriquer un produit 100 % naturel d’une pureté exemplaire.

Du printemps à l’automne, les abeilles s’activent au contact de la chaleur du soleil qui rayonne sur la ruche et visitent des milliers de plantes dites mellifères, c’est-à-dire qui produisent du nectar. Lorsque l’abeille repère une fleur, elle s’en approche, puis entre sa tête dans la corolle pour puiser avec sa langue le nectar qui s’y trouve. Une fois le nectar aspiré, l’abeille l’envoie dans son jabot, une poche située dans le système digestif qui lui sert de réservoir.

© Anne-Virginie Schmidt

DU NECTAR AU MIEL

L’abeille poursuit ce butinage d’une corolle de fleur à une autre, jusqu’à ce que son jabot soit plein, puis elle retourne à la ruche. Sur le chemin du retour, elle entame déjà le travail de transformation. Dans son jabot, les enzymes de sa salive (diastase, invertase et glucose oxydase) commencent à agir sur le nectar. Un des sucres qu’il contient, le saccharose, est digéré et se transforme sous l’action d’une des enzymes (invertase) en des sucres plus digestes : le glucose et le fructose.

De retour à la ruche, la butineuse régurgite le contenu de son jabot à une abeille manutentionnaire qui l’aspirera avec sa langue. Plus les échanges entre les abeilles progressent, plus le liquide s’enrichit d’enzymes, plus son taux d’humidité diminue, plus le nectar épaissit : il devient du miel. Maintenant, il est prêt pour le dépôt dans les alvéoles où les ouvrières de la ruche continueront à ventiler le miel en battant des ailes afin de ramener l’humidité à son taux idéal d’environ 16-18 %.

LE MIEL, le REFLET de la NATURE et du TRAVAIL de l’APICULTEUR

Le miel est le reflet de l’environnement dans lequel il se développe et la récolte du miel est intimement liée au patrimoine floral qui entoure les ruches. Comparable à des cépages dans le milieu viticole, il se présente sous une multitude de couleurs, de textures et de goûts ; des subtilités qui tirent leur essence de la composition florale dont elle est issue. Mille fleurs, mille miels,  il existe un extraordinaire univers de goûts à découvrir.

Les Miels d’Anicet combattent chaque jour l’idée que le miel est un produit homogène et sans surprise, dont les principales qualités sont d’être jaune, sucré et vendu dans un pot en forme d’ourson. Selon nous, le bonheur du miel se trouve dans sa diversité et dans sa nature crue…

MIEL SAUVAGE
& FORESTIER

Produit exclusif issu du territoire québécois, notre miel provient de nos ruchers parsemés dans la campagne de Ferme-Neuve, sur le territoire des Hautes-Laurentides. Une région sauvage, forestière, parsemée de prairies naturelles, de lacs et de rivières. Un territoire libre d’agriculture intensive, qui a donc conservé une très grande diversité de fleurs sauvages, presque unique au Québec.

La ferme commercialise entre cinq et sept variétés de miel, dévoilant un univers de saveurs qui se déploie doucement en bouche. La cuvée de printemps, riche en pollen de pissenlit, est plus beurrée. Celle de tilleul est douce, fraîche et légèrement mentholée alors que celle de sarrasin est plus corsée et rappelle un voyage dans l’étable. Rien d’artificiel. Rien d’industriel. Aucun ajout. Tout est fait selon les règles de l’art apicole où les abeilles sont traitées comme des reines, leur précieux miel récolté dans le plus grand respect face à leur travail titanesque.

© Mathieu Dupuis

CERTIFICATION BIOLOGIQUE

La certification vous assure que les zones de butinage, de 3 km autour des ruches, sont constituées essentiellement de végétation sauvage et biologique, que le conditionnement des miels préserve leur intégrité et que nos gestes contribuent à la santé de l’abeille.

© Daphné Caron

LE MIEL BRUT

Jadis, les apiculteurs locaux vendaient le miel à l’état brut, sans chauffage ni filtration, afin de préserver cet édulcorant naturel, riche en saveurs, mais également en glucides, minéraux, oligo-éléments et enzymes. Cette tradition guide les étapes de conditionnement du miel.

L’extraction à froid des Miels d’Anicet assure la conservation des arômes, mais aussi des valeurs nutritives. La recette est simple : éviter les manipulations de l’homme et laisser le miel dans son état pur.

Les Miels d’Anicet proposent ainsi une gamme de miel brut, cru, c’est-à-dire sans filtration, ce qui permet de conserver des traces de pollen, de propolis et de cire d’abeille. Une expérience gustative qui vous transporte au cœur de la ruche et vous permet de savourer le goût unique du rayon de miel.

MÉLIA PAR
MIELS D’ANICET

Confection artisanale, matières raisonnées. Minutieusement confectionnés à la main dans notre atelier, les produits Mélia sont fabriqués à partir des produits de la ruche et d’ingrédients peu transformés, certifiés biologiques, crus si possible et aux noms compréhensibles.

 

 

© Mathieu Dupuis
© Xavier Girard Lachaine

LA PHARMACOPÉE
DES ABEILLES

La ruche est généreuse de nature, offrant une pharmacie naturelle. Pur et sauvage, riche et bienfaisant, le miel est un allié de l’épiderme, un incontournable en soins de beauté. Avec son odeur naturelle de miel et son agréable coloration dorée, la cire d’abeille est un protecteur soyeux remarquable. Bouclier naturel de la ruche, la propolis, récoltée sur les bourgeons des arbres par les abeilles, est antibactérienne et cicatrisante.

 

 

Close