© Mathieu Dupuis

Notre apiculture

Au cours des 25 dernières années, le travail de l’apiculteur a beaucoup changé. La commercialisation à outrance du miel, souvent importé et mis en pot sans aucun contact avec l’abeille, menace l’art et les traditions apicoles, mais surtout menace la survie même de l’abeille en tant qu’espèce. La logique marchande défigure le rôle de l’apiculteur pour lui donner des airs de courtier en miel. Les Miels d’Anicet n’adhèrent pas à cette logique et notre priorité va au respect et à la survie de l’abeille.

Une vie pour
les abeilles

La curiosité de l’apiculteur prend son envol dans l’étude et la compréhension des liens quasi organiques qui unissent la nature et les abeilles à l’homme partageant avec eux chaque battement d’ailes, chaque miellée, chaque envolée…

L’apiculture fit son entrée dans notre famille en 1978, quand Marie-Claude Dupuis et Claude Desrochers firent l’acquisition de leur première ruche à Ferme-Neuve dans les Hautes-Laurentides. À travers cette aventure, ils nous insufflèrent le désir de reprendre le cheptel et de créer les Miels d’Anicet (2000). Prendre en charge le rucher familial, développer une spécialisation en élevage de reines, produire des miels en certification biologique et valoriser la culture du miel sont les bases de notre entreprise.

Les artisans

Qui sommes-nous? Des fous furieux du miel, des artisans de la terre, des épicuriens, des curieux qui considèrent le métier d’apiculteur comme un mélange parfait entre l’entomologie, la biologie et la botanique. Mais encore, un couple qui adore leur métier, les abeilles et la bonne vie en bonne compagnie.

© Daphné Caron

Anicet
Desrochers

Né dans une ruche, Anicet a un amour profond pour cet insecte fantastique, l’abeille, et cette science qu’est l’apidologie. Il a aussi un désir profond de contribuer à la diminution des mortalités d’abeilles en renversant naturellement le taux de mortalité d’abeilles par la sélection et la reproduction de reines abeilles rustiques et adaptées à leur environnement. Au quotidien, il veille à la santé de nos colonies et propage son expertise à l’internationale afin de faire avancer la science apicole.

Anne-Virginie Schmidt

Comptable agréée de formation, j’ai quitté la vie urbaine pour la vie à la ferme. « Se laisser séduire par les abeilles », résume mon choix de vie. Aujourd’hui, mon travail consiste à valoriser le miel à travers sa nature brute, de faire découvrir le potentiel du miel en cuisine ou encore dans les soins corporels. Je travaille également avec dévouement au développement de la culture du miel au Québec, à la sensibilisation du rôle de l’abeille dans notre environnement et au dynamisme de notre région.

La Miellerie

L’apiculture est un travail de collaboration entre un homme et un insecte qui s’établit dans un grand respect. Un respect pour une collectivité qui, par le fruit d’un travail individuel, crée une magie collective. Cette vision guide nos décisions, nos gestes quotidiens, et se traduit par une « apiculture humaine et responsable ».

© Mathieu Dupuis

Territoire,
authentique et sauvage

Située à 275 km au nord de Montréal, la ferme est installée dans les Hautes-Laurentides, au pied de la Montagne du Diable, sur un territoire vallonné et parsemé de prairies naturelles, de forêts, de lacs et de rivières. Une région sauvage, forestière et libre d’agriculture intensive, qui se traduit par un environnement d’une extrême qualité pour le cheptel de 1 000 ruches.
Il en résulte un territoire avec une abondance florale synonyme de santé pour les abeilles : merisier, cerisier, pissenlit au printemps ; tilleul, trèfle, vesces, framboisiers, crucifères et mélilot à l’été ; eupatoire, verge d’or et aster à l’automne. Cette diversité donne aux Miels d’Anicet une texture et une complexité de saveur incroyable variant au fil des saisons.

Vision apicole

L’apiculture est un travail de collaboration mutuelle entre un homme et un insecte qui s’établit dans un grand respect. Un respect pour une collectivité qui, par le fruit d’un travail individuel, crée une magie collective. Cette vision guide nos gestes quotidiens !

Le centre d’élevage de reines abeilles de la ferme travaille sur des critères de sélection naturels soit la rusticité, la tolérance aux maladies et l’adaptabilité de l’abeille à son territoire et aux conditions environnementales.

© Daphné Caron

Collectivité, savoir & culture du miel

Au cours des 25 dernières années, le travail de l’apiculteur a beaucoup changé. La commercialisation à outrance du miel, souvent importé et mis en pot sans aucun contact avec l’abeille, menace l’art et les traditions apicoles, mais surtout, menace la survie même de l’abeille en tant qu’espèce.

Impliqués dans le développement de la « Culture du miel » au Québec, nous combattons chaque jour l’idée que le miel est un produit homogène et sans surprise, dont les principales qualités sont d’être jaune, sucré et vendu dans un pot en forme d’ourson. Ainsi, dans chacune des étapes du conditionnement, nous nous assurons que les consommateurs obtiennent le plus pur, le plus sain, le plus délectable des miels, et ce, avec la plus petite empreinte possible sur l’environnement.

L’apiculteur joue un rôle important dans l’alimentation de la planète. Environ 40 % des aliments que nous consommons sont produits par la pollinisation des insectes et l’abeille est le principal pollinisateur. L’importance du rôle de l’abeille dans notre alimentation dépasse largement la simple production de miel.

Ouvriers
de la Laurentie

Produire localement, participer au dynamisme de notre région, offrir du travail de qualité est pour nous synonyme de collectivité. Celle-ci se traduit aussi par le partage avec la communauté apicole et la protection du bien-être de l’apiculture.

Close